LE SITE ET LE FORUM DE SETIF ET DE SA REGION





Bonjour et bienvenue sur le Site des Sétifiens.
Ce message s'affiche car vous n'êtes pas encore inscrit(e) ou vous ne vous êtes pas encore identifié(e).

Pour nous rejoindre et participer activement aux débats, inscrivez vous. Merci.


Derniers sujets
Sétif - La Mosquée Ibn Badis
Ils ont dit au sujet de la jalousie
"La jalousie est un monstre qui s'engendre lui-même et naît de ses propres entrailles."William Shakespeare
" La jalousie. Faire semblant de ne pas s'intéresser. Se duper soi-même. Cacher son mal pour mieux l'ignorer." André Mathieu
"La première qualité d'un créateur, c'est le courage. Le courage d'affronter le scepticisme, le conformisme et, finalement, la jalousie."Claude Allègre
" Il vaut mieux ne pas savoir, penser le moins possible, ne pas fournir à la jalousie le moindre détail concret." Marcel Proust
"La jalousie est aussi une douleur physique." Daniel Poliquin
"La jalousie est mille fois plus terrible que la faim, parce que c'est une faim spirituelle." Miguel De Unamuno
" La jalousie est de toutes les maladies de l'esprit celle à qui le plus de choses servent d'aliment et le moins de choses de remède." Montaigne
"La jalousie dévore la vertu comme le feu dévore le fuel.."Hazrat Ali
Sondage

A ces prix-là la symbol algérienne est-elle chère ?

 
 
 

Voir les résultats

¢
ils ont dit au sujet de la méchanceté
"Le comble de la méchanceté est de haïr les gens de bien. "Plutarque
"Bien que tout vice verse dans le coeur humain le poison de l'adversaire, c'est l'envie qui permet au serpent de cracher son venin le plus secret et de vomir la peste de sa méchanceté pour la faire partager."Grégoire Le Grand
" Toute méchanceté vient de faiblesse ; l'enfant est méchant que parce qu'il est faible ; rendez-le fort, il sera bon." Jean-Jacques Rousseau
"J'ai la faiblesse de penser qu'en général, la méchanceté n'est pas une preuve d'intelligence."René Goscinny
"Il n'y a d'autre enfer pour l'homme que la bêtise ou la méchanceté de ses semblables."Marquis De Sade
"La terre est devenue trop petite pour la méchanceté des hommes."Maurice Chapelan
" Il y a toujours une certaine méchanceté à rire de quelqu'un et la méchanceté est bien le signe le plus évident d'impuissance que je connaisse."Robert Escarpit
" Toute méchanceté a sa source dans la faiblesse.."Sénèque
Les posteurs les plus actifs du mois
dallila
 
togir
 
mahdi
 
moulay
 
alakhtal
 
Séléné
 
Boualem
 
rachid
 
perigot
 
Princesse
 

ils ont dit au sujet de la sagesse
"Le ver se recroqueville quand on marche dessus. C'est plein de sagesse. Par là il amoindrit la chance de se faire de nouveau marcher dessus. Dans le langage de la morale : l'humilité"Friedrich Nietzsche
"Mêle à la sagesse un grain de folie ; il est bon quelquefois d'oublier la sagesse."Horace
"Si les jeunes avaient accepté lâchement la sagesse de leurs anciens, il y a beau temps que l'univers serait invivable."Jan Greshoff
" L'humanité est à un croisement: un chemin mène au désespoir, l'autre à l'extinction totale. Espérons que nous aurons la sagesse de savoir choisir." Woody Allen
"La véritable sagesse consiste à ne pas s'écarter de la nature, mais à mouler notre conduite sur ses lois et son modèle."Sénèque
"C'est par la foi que l'on peut traverser les courants. Et c'est par la sagesse que l'on obtient la pureté"Bouddha
"La sagesse universelle enseigne qu'il vaut mieux, pour sa réputation, échouer avec les conventions que réussir contre elles. ."John Maynard Keynes

La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune54.833

La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Page 2 sur 30 Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Dim 13 Juil 2008, 11:42

Maknassia 4 éme partie



malheur à celui qui s'éloigne d'eux ! Ils ne cessent de le calomnier; sans prendre de poignards, ils dépècent promptement sa chair.
Comme des loups, ils hurlent nuit et jour.
Leurs démons surgissent, spontanément sans cérémonie.
Cette blessure m'a révélé la conduite des hommes; malheur à celui dont la bourse s'est vidée !
Mais mieux vaut [posséder] un sou de cuivre que de fréquenter certaines gens.
refrain -çiyàh :
Où sont mes compagnons, mes innombrables camarades ?
Où sont mes intimes ? Où sont mes amis ?
Je n'ai vu aucun d'eux, à l'heure de la détresse.
Ils se voilent la face, ils se dissimulent délibérément, sans considération de mes bienfaits, sans se souvenir de mes bontés, comme si j'étais un étranger arrivé dans cette ville; les uns ne m'ont plus jamais adressé la parole, d'autres ne cessaient de m'interpeller; c'est ainsi que des hommes abjects me rappelaient ma situation.
bayt
Comment oublier mes épreuves dans les ruelles de Mekhnès ?
Mon exil, les nuits passées dans des caves de minotiers ?
Dans les marchés sordides, les échoppes finirent par me rejeter ainsi que les chambres, les auberges et même les nattes.
Que de nuits j'ai veillé sur le sommeil de mes amis !
Et me voilà assis à la porte des tailleurs !
Ma vue redonne du piquant à leurs réunions,

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Lun 14 Juil 2008, 11:48

Maknassia .... suite



qu'ils prolongent en m'accablant de réprimandes et de mesquineries.
Mieux vaut dormir sans dîner que partager un repas fâcheux.
Plutôt la misère et l'exil qu'une amitié malveillante !
refrain çiyàh :
Où sont mes amis que je croyais vertueux, capables de me protéger, si j'en étais réduit à les solliciter ?
Ils se mirent à me dénigrer, à m'insulter avec des paroles plus douloureuses que piqûres d'aiguilles.
J'ai enseveli mon malheur dans la tristesse de mon cour, je me suis soumis aux décrets du Destin.
Mon indépendance, ma dignité, mon honneur ne se trouvent que dans mon foyer.
bayt
Dieu soit Miséricordieux aux maîtres glorieux, aux patriarches qui ont transmis tous les enseignements à la postérité.
Les moments difficiles te révèlent la nature de l'homme en société.
Ton ami d'hier peut devenir un ennemi avisé.
Qui sait écouter [ces hommes illustres]. son malheur se dissipera et ses contrariétés cesseront; il en tirera un bien, des mois et des années durant..
Malheur à qui construit sa muraille sans fondations !
Malheur à qui se mêle au combat sans épée !
Malheur à qui prend la mer sans capitaines !
Malheur à qui escalade les cimes sans cordée !
refrain - çiyàh :
Me voilà déçu par mes amis,



... A suivre ( source chaabi.com)

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par Zeryab le Lun 14 Juil 2008, 13:43

Pardon, Moulay, pour l'interruption, mais ces vers là me font penser à une anecdote.
C'était y a plus d'une trentaine d'années, à la plage rouge exactement, où je campais
avec mon grand frangin et quelques uns de ses amis. Y avait aussi d'autres gars de Sétif. Et un soir, un parmi ces campeurs rentrait presque saoul, alors qu'il devait accomplir une des corvées comme tout le monde, alors du coup ses potes énervés, ils lui ont signifié qu'il pouvait aller manger ailleurs pour ce soir! ET voilà notre ami, qu'il leur sorte ces vers:
المباتة بالشر ولا طعام عكاس
الفقر والغربة ولاصحبة شاتم


Mon frère qui était un mordu du Cha3bi (musique populaire) et du Hadj Al anka et consorts, se levait, et il lui a lancé, comment laisser un poète comme çà "b'char"? Viens, lui dit, chez nous tu auras ce que tu veux, à manger et à boire "sahbi" (mon ami). Et effectivement, depuis est devenu un ami, pratiquement de la famille Very Happy
Sacrée époque!!!

TAHIYATI

Zeryab
Accro
Accro

Masculin
Nombre de messages: 2068
Réputation: 58
Points: 12216
Date d'inscription: 09/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Mar 15 Juil 2008, 14:08

Suite de la Maknassia :






qui étaient jadis et ma fierté et mon orgueil.
Leurs ongles et leurs dents m'ont marqué de leur venin.
Ils ont aboyé après moi, tels des êtres hargneux.
Ils accueillent leurs amis avec des paroles de bienvenue, mais leurs âmes sombres sont dépourvues de tendresse.
Ils ont des cours plus durs que la pierre, des visages rigides pareils aux cadenas d'acier à l'épreuve des chocs.
Par Dieu, on ne respecte plus les dévots.
bayt
C'est ainsi qu'on traite les hommes en ce monde d'illusions.
C'est ainsi que le destin détruit toute nation.
Les jours se succèdent, à la saveur tantôt amère, tantôt douce ou tantôt infernale; tel jour se partage entre bien-être et quiétude.
L'homme demeure sous la protection du Dieu Munificent, Eternel.
Chaque matin, il prie son Seigneur de lui accorder paix et bien-être.
Celui qui se fie à son ennemi doit avoir l'œil exercé; s'il évite le premier coup, il sera anéanti par le second.
Il recevra les flèches tirées des arcs, et la malédiction de l'opprimé servira de leçon [édifiante] à l'oppresseur.
refrain - çiyàh :
Par Dieu, ma douleur et les tourments de mon cœur ont pour seule cause la joie de mes ennemis, que je prenais pour des amis.
Partout où je me dirige, Dieu m'accompagne.
Il est Présent, Voyant; sa colère peu


moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Ven 18 Juil 2008, 08:43

Maknassia suite et fin ( source webchaabi.com)





Que d'envieux ont souhaité mon malheur !
Je loue Dieu d'avoir toujours eu ma part de biens.
Lui, Le Généreux, a changé ma peine en repos.
Il m'a dispensé, dans cette vie, récompenses et gratifications, à mes ennemis, il a infligé jugements et châtiments.
bayt
Seras-tu en paix, toi qu'attendent l'épée d'Azrail, le tombeau et le Royaume, le Jour du Jugement Dernier ?
Peux-tu t'élever, toi qui vis toujours dans la bassesse ?
Toi dont l'âme te murmure que tu es le meilleur ?
A la moindre atteinte, tu t'effondres, ô fils d'Adam !
Si riche sois-tu, tu seras porté dans un cercueil.
En ce monde, tu as été créé de la terre de "Nasnas''; tu finiras dans la tombe, homme injuste !
Regarde ce que recouvrent tes habits, toi qui es plein d'impuretés.
Ah si le vêtement ne dissimulait pas les turpitudes !
bayt final
Qaddour El Alami, l'intelligent, le bon a dit :
"Homme avisé, crains Dieu, sinon tu le regretteras''.
J'ai obéi docilement aux maîtres et aux cheikhs.
Le Seigneur, le Puissant connaît le fond des cœurs.
Je suis un sage instruit par des hommes intelligents et sagaces; je suis considéré, cultivé et mon maître est un savant éminent.
Je me suis conduis selon les prescriptions divines; j'ai vécu dans la sérénité.
J'ai loué et j'ai remercié mon Dieu, Dispensateur de toutes les grâces.

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Sam 19 Juil 2008, 11:03

Une autre qacida celebre du chaabi algérien(ois).





Vendredi, les gazelles font leur apparition derrière leur voilette serrée; leurs regards me transpercent, elles m'accablent, ravissent mon âme et me plongent dans l'égarement; puis, se détournant, elles me laissent apaiser les brûlures de mes plaies.
Que l'on vienne en aide à l'amoureux qui, comme moi, est écharpé sans coups d'épée.
Des yeux alanguis m'ont meurtri le jour où j'ai rencontré de belles jeunes filles en des jardins isolés ; elles m'ont jaugé du regard; aussitôt, leur emboîtant le pas, je murmurai quelques paroles à ces belles farouches qui s'éclipsaient sans daigner me répondre; j'en fus ébranlé.
Je leur déclarai sur-le-champ ô passantes, ayez pitié de moi, ne me faites point souffrir vous, les belles aux yeux noirs.
Elles me tournèrent le dos et s'éloignèrent en direction d'un sanctuaire.
Ô douleurs, ô douleurs!
Elles reviennent de leur pèlerinage, le regard en éveil, dans toute leur splendeur.
refrain
Vendredi, les belles font leur apparition de la resplendissante Fez antique,



A suivre ....

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Dim 20 Juil 2008, 12:18

La suite de youm al djamaa





en cortège éblouissant l'esprit, comparables à des gazelles.
Vendredi, les belles font leur apparition, flamboyantes, au seuil de leur porte, rivalisant d'élégance, vêtues d'habits seyants, de qaftans chatoyants, d'étoffe côtelée couleur amarante et henné, diaprée de rouge écarlate et de vert tilleul
-mais elles ont un cour de pierre-, et revêtues aussi de caftans aristocratiques, de soie brochée couleur absinthe, de parures ineffables, de fine popeline et de taffetas, de crêpe de chine et de brocart lumineux de valeur inestimable, de ceintures plus précieuses que la soie, de mantilles à franges de couleur noire, et de bracelets d'argent portés par des lionnes couronnées escortées d'une dame distinguée; elles subjuguent l'esprit, et mettent mon cour en désordre.
Ô douleurs, ô douleurs ! Dans leur tenue de brocarts incrustés de perles et de paillettes d'or,
refrain
elles apparurent sur le sentier en procession, cueillant des fleurs sauvages, revenant du sanctuaire vers les vergers où se réunir, comparables à des gazelles en liberté ; je les retrouve se promenant en groupes successifs.
Dans des parures qu'elles avaient brodées, elles portaient, fières et orgueilleuses, des mets variés,








A suivre ....

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Lun 21 Juil 2008, 17:46

La suite de YOUM AL DJEMAA




des fruits et des croquants aux amandes
- homme avisé, imagine ! des macarons et des fondants...
Récitant des poésies sur des
modes du melhûn, et déclamant de beaux poèmes, elles me transpercent de regards furtifs.
Je leur déclare sur- le- champ :
"Vous me faites perdre la raison."
Elles me répondent : «Qui es-tu ?
Quelle est ta place parmi les hommes ?» Je leur réponds: «Un sage initié de Sous, de Bahja-la-Rouge, maître d'entre les maîtres parmi les poètes; je glorifie le Beau et j'aime le plaisir.»
Elles me répliquent: « Puisque tu es si éloquent, fais notre portrait, immortalisé nos noms à jamais. » Je repris la parole et répandis
Pourquoi pas ? Je vous décrirai, toutes.
Je vous nommerai si vous m'accompagnez en mon jardin pour contempler mes fleurs et mes vasques; ravi de votre présence, mon ceour sera comblé; jamais je ne vous oublierai, même si vous m'abandonnez, dussé-je encourir vos blâmes.»
Les belles reprennent la parole :
- Ô douleurs, ô douleurs !
Elles me disent: "Devance-nous, nous te rejoindrons"; ma peine s'estompa.
refrain
Elles disent: " Nomme-nous toutes tant que nous sommes, car nous devons nous retirer après la séance; décide, nous nous inclinerons puisque nous te savons épris de spiritualité et de plaisirs; délicat et subtil,



A SUIVRE...

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Mar 22 Juil 2008, 15:00

La suite de youm al djemaa :



tu nous plais et nous charmes; nous venons à toi, pleines de confiance. >
Je leur réponds: < Bienvenue à vous; votre présence m'enchante.
Je vais vous nommer en beau langage Délicatement, je commence par Hchoum > l'élégante et Zineb, zénith des gazelles, Mouina, Fdila, Tahra et Rqilla, resplendissantes comme la pleine lune, Elbatoul, Zahra, Radhia, et Safia ,telle une épée brandie, Hniyya rivalisant de charme avec Djaziya, Absiyya, l'honorable Malika, et Fatma la gazelle, Rahma la belle et sa soeur Mahdjouba parées de grâce et de splendeur, la fière Habiba, la glorieuse Oum-Kaltoum, et les gazelles Khadoudj, Rita et Aziza; ainsi s'achève mon éloge. Allah vous a comblées de tant de grâces !
Que sa bénédiction soit sur vous; je paralyserai le jeteur de sort, ô jeunes filles de mon quartier, venez à moi, dévoilez-vous, faites-moi l'honneur d'une danse. >
Elles me répondent :
« Ô maître, que Dieu t'honore de ses bienfaits, toi, l'initié, le plus averti d'entre les lions.
Partons, puisqu'il faut se retirer à la brise matinale.. »
- [A ces mots] mes esprits et la raison m'abandonnèrent, ô douleurs, ô douleur
Devance-nous, nous te rejoindrons.> Alors, ma peine s'estompa
refrain
L'âme sereine, je cheminai vers mon jardin pour accomplir mon dessin.



A suivre...

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Mer 23 Juil 2008, 14:43

suite de Youm al djamaa




Je déployai des nattes de velours, des tapis turcs, des tentures murales et des coussins, des rideaux à l'aspect ondulant ; J'aménageai des alcôves en vis-à-vis, des sièges confortables autour de fontaines entourant de somptueux bassins de marbre et de mosaïque; je disposai des chandeliers brillants comme des étoiles, et qui illuminaient la nuit.
Sur des tables de feuillage, je disposai des verres en cristal, de la boisson blonde et des fruits pour préliminaires, des tables basses garnies de mets préparés à la maison.
Sur des arbres chargés d'oiseaux s'élève le chant du rossignol et du cardinalin, auquel répondent l'étourneau rose et le chant cristallin du chardonneret.
[Tout ce cadre] et ces efforts étaient dédiés aux génies de Temima, qui demeurent en mon jardin:
'Attacha' son père 'Aïroud, 'Aqissa avec Dmiryoud, jusqu'à Chihoub et la Maîtresse 'Aqla et toute la tribu des djinns, je leur fis à tous les honneurs du jardin dans. ses moindres secrets.
Puis, je sortis sur le seuil de la porte guettant l'apparition de ces splendeurs jusqu'à leur arrivée, en mon enclos étincelant.
Elles me saluèrent tandis que je cultivais mon tourment l'esprit égaré, absent.



A suivre....

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Sam 26 Juil 2008, 13:16

Suite de youm al djamaa




Elles se dirigèrent droit vers les alcôves, s'emparèrent des coupes de vin; les joues devinrent cramoisies, les yeux alanguis.
A moi, l'homme subtil, elles dirent :
<< Viens près de nous, nous allons te servir à boire :
tu brûles d'amour, nous le devinons. >>
Je leur dis sans hésiter :
<< Vous m'égarez.
Versez-moi à boire de vos lèvres. >>
La salive et le vin mêlés, me montant à la tête, m'étourdirent.
Ô douleurs, ô douleur !
Cueillir le miel de cette bouche me ravit davantage que boire le vin d'une coupe.
refrain
De cette oeuvre d'art, pour exciter les amoureux, ô mon ami, voici une épée tranchante pour décapiter les renégats.
Grâce à elle, tu soumettras les ignorants, incapables d'entendre raison; ils vécurent en bêtes de somme sans écouter les Hommes de bonne volonté.
Que l'homme à la tête vide soit foulé aux pieds.
Mes coups redoubleront jusqu'à ce qu'il se soumette aux êtres avisés.
Les êtres inspirés seront victorieux; que le salut de Dieu soit sur eux !
Le géranium n'exhale pas d'odeur désagréable, non plus que les roses, les fleurs d'oranger, les églantines ou le jasmin.
Ô fidèles, je dévoile mon nom :
Embârek, l'immortel,


A suivre...

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Dim 27 Juil 2008, 14:44

Dernière partie de Youm al djamaa




du Sous, serviteur des saints, respectueux des sages initiés et des savants pleins de probité ; je mets mon espoir en Celui qui jamais ne sommeille.
Que le Seigneur me réconforte, Ô douleurs, ô douleurs ! qu'Il veille sur nous, de par sa volonté, au nom du Prophète, fils de 'Adnân

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par Diibel le Dim 03 Aoû 2008, 22:50

Merci Moul(ay) juste pour la qacida "el mekanassia" du cheikh Kaddour el Alami (rahimahou Allah) j'aimais surtout ce vers :

كيف ننسى تلطامي في دروب مكناس

Ah si tu peux nous denicher celle du grand poete tlemcenien Ahmed Ben Triki ou autre ... " ERBI3 ou ERBI3iA" chanté avec amour par el marhoum el Anka !

Diibel
Supermotivé
Supermotivé

Masculin
Nombre de messages: 249
Réputation: 0
Points: 7595
Date d'inscription: 20/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Mar 05 Aoû 2008, 12:06

@Diibel a écrit:Merci Moul(ay) juste pour la qacida "el mekanassia" du cheikh Kaddour el Alami (rahimahou Allah) j'aimais surtout ce vers :

كيف ننسى تلطامي في دروب مكناس

Ah si tu peux nous denicher celle du grand poete tlemcenien Ahmed Ben Triki ou autre ... " ERBI3 ou ERBI3iA" chanté avec amour par el marhoum el Anka !


Patience cher ami ,,, je cherche... Very Happy Very Happy

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Mar 05 Aoû 2008, 12:27

Une autre qacida célèbre du chaabi

Cerbère de Yamna Heraz Yamna




Auteur : Cheikh Mohammed Ben 'Ali Ould Erzine
Interprète : el-Hâchemi Guerouâbi

Regardez le cerbère de ma bien-aimée qui à ma vue se dérobe.
Le cerbère de ma bien-aimée a élevé des murailles pour défendre sa beauté.
Il renforça les portes de verrous et de serrures.
Il satisfit tous ses désirs, lui passa tous ses caprices.
En sa demeure, il aménagea un jardin pour le plaisir des yeux, où elle se promène automne comme été; les fleurs lui sont réservées à elle seule.
Il construisit pour elle un hammam où elle se rend par temps froid.
Il ne lui laissa rien désirer, sinon de voir des hommes.
Il lui interdit en ce monde la vue des femmes et des hommes et fit le serment que son père même ne verrait plus jamais son ombre.
Son père ne peut l'approcher; ses oncles paternels ou maternels ne lui rendent visite.
Elle ne peut recevoir - c'est impensable - ses tantes paternelles ou maternelles.
Elle n'a plus que son cerbère, dont l'esprit est fertile en ruses.
Mais mes ruses à moi, il ne les connaît ni ne les soupçonne.
refrain..
j'ai réussi à m'introduire chez ce cerbère de Yamna et à séduire ma gazelle.
vous avez douté, ô amants, que je puisse accéder à elle.







A SUIVRE .... ( Source chaabi-com)

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Mer 06 Aoû 2008, 14:35

La suite de Harrez Yamna





Mach 'had I :
Je me rendis chez lui sous un premier déguisement, en jeune vierge ravissante, qui se distinguait par sa beauté.
Taille, joues, regard, tout en elle surpassait en éclat le soleil et la lune, " Brillez, sinon je brillerai (à votre place)." disait-elle au soleil et à la lune.
Je lui dis : << Je suis venue, ô excellence, prendre de tes nouvelles et te demander : << Que reste-t-il à une femme abandonnée de ses amis ?
Que dois-je faire ? >>
- Trouve-toi un veuf, me dit-il, car une femme ne peut être protégée que par son époux.
Je repris : << Considère-moi comme ta femme et tu seras cet époux. >
" Ma femme me suffit, me dit-il; pour rien au monde, je ne supporterai la remplacer. >>
Je lui dis à la fin : << Considère-moi comme une servante, je pourrai gagner ma vie. >>
Il me répondit : " Ma femme se contente de son cerbère.
C'est lui seul qui doit la servir. >
Sur ce, il me chassa.
Je me suis mis à errer, l'âme en peine, me creusant la tête pour déjouer ses ruses.
refrain
Mach 'had II :
Je me rendis de nouveau chez lui déguisé en vieille femme sans attraits, vivant dans le bien-être par la grâce de notre Seigneur,
un chapelet d'ambre à la main droite, une canne à la gauche, vêtue d'une tunique verte, complètement transformée.
Jelui dis : << Adorateur de beautés,


A suivre....

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Jeu 14 Aoû 2008, 18:38

La suite de Harrez Yamna



introduis-moi auprès de ton épouse que j'admire sa beauté, elle qui demande à Dieu de lui donner un fils qui deviendra plus tard un savant renommé, et que lui soient accordées durablement sa protection et sa bénédiction en toutes ses actions. >>

<< Fais tes prières ici, me dit-il, Dieu les exaucera.
Considère mon lignage : tu n'auras besoin ni de la voir ni de t'enquérir d'elle.
Quant à ma maison, renonce à y pénétrer, tu n'as rien à y faire ;
je me suis juré que personne d'autre que moi n'en foulera le sol.
Passe ton chemin et trêve de bavardages. >>
J'allais raconter mon étrange aventure à qui voulait m'écouter.
refrain
Mach 'had III :
Je me rendis chez lui pour la troisième fois déguisé en dédouine sillonnant les villes, alors que les bédouins sillonnent leurs montagnes.
En voyante lisant dans le sable les présages (d'avenir)
- celui qui m'a consultée affirme que rien ne m'échappe -, en sorcière capable d'endormir un foetus au tréfonds du sein (d'une femme) et de réveiller celui qui dort au fond d'un utérus.
M'adressant à lui, j'ai trouvé les mots justes et polis; il me prêta l'oreille.
Je crus qu'attentif à mes propos, il s'en pénétrait mais il me répondit : " Tu as parlé pour ne rien dire.



A suivre...

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Sam 16 Aoû 2008, 13:54

La suite de Heraz Yamna





Les personnes comme toi, je ne les écoute pas et n'ai que faire de leurs paroles.
Je ne suis pas fou, les gens sensés l'affirment.
Celui qui se fie aux magiciens (en vient à) démentir les prophètes et les messagers.
Va chercher un fou qui se laisse prendre par ces propos inimaginables. >>
Sur ce, il me planta là. Je me mis à errer, l'âme en peine.
refrain - Mach 'had IV :
Je me rendis chez lui pour la quatrième fois déguisé en noir, plus noir même qu'un grain de beauté, d'une noirceur incomparable.
A me voir, on me prendrait pour une (statue)d'argile
Je parlai en arabe à la manière des Gnaouisqui chantent.
Je lui embrassais la main, il me laissa faire, puis me dit :
<< Fils de Ham, pourquoi prendre ma main et l'embrasser ? >
<< Excellence, répondis-je,je suis un domestique sillonnant ton pays; je te servirai comme esclave, sans gages, en tout ce qui est en mon pouvoir. >>
(Le cerbère) : << Les miens m'ont fait une recommandation que je ne peux modifier :
celle de conjurer le mauvais sort à la vue de la couleur noire.
Va sur la place publique chercher qui a besoin d'un employé.
Achète, tu mangeras; loue pour avoir un toit : telle est la règle dans mon pays >.
Il se tourna vers moi et me dit : << Ô toi qui es planté là, Retire-toi si tu veux rester en vie, si tu reviens ta perte est assurée. >>



A suivre...

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par moulay le Dim 17 Aoû 2008, 20:56

Heraz Yamna suite et fin.



refrain - Mach 'had V :
Je me rendis chez lui, pour la cinquième fois, déguisé en riche commerçant venu des Indes, avec sa cargaison remplie de trésors.
Ma fortune est incalculable. On décharge et on enlève mes marchandises
Les portefaix les débarquent puis les chargent sur des chameaux.
Je lui ai offert en présents bijoux et parures.
Il me répondit : << Je ne les accepte pas.
Et toi, que veux-tu ? "Je lui dis : << Homme de bien, je voudrais faire de toi mon ami, t'introduire parmi mes familiers et leurs héros. >>
" Tu n'as pas besoin d'amis, dit-il; si tu veux que l'on s'entende, il n'y a en cette ville que trois solutions possibles à cette fin :
(sache que) les hôtels sont faits pour les commerçants, comme le pensent les hommes entreprenantes?
Ces hôtels ne manquent de rien, ils ne sont pas exposés au vol et sont sûrs.
C'est un conseil amical que je te donne, et ajouta-t-il :
ne cherche à lier amitié ni avec les généreux ni avec les vils (de cette ville! >>.
refrain

moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5206
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 18495
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La poésie populaire algerienne : Chi3r el malhoune

Message par alakhtal le Lun 18 Aoû 2008, 10:35

Moi je voudrais demander pourquoi la plupart de ces qacidates sont d'origine marocaine.
merci pour la reponse ! Merci

alakhtal
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 3138
Réputation: 48
Points: 15252
Date d'inscription: 10/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 30 Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sétif : Engouement pour le cinéma 9D

Sam 20 Déc 2014, 12:42 par dallila

Après nos visites aux différents pays comme la Chine, l’Egypte et la Turquie, nous avons constaté le rôle important que joue cette nouvelle technologie dans le …

[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

Kadi lance depuis Sétif la campagne nationale de sensibilisation à la bonne conduite sur l’autoroute

Sam 20 Déc 2014, 06:24 par togir

Le ministre des Travaux publics, Abdelkader Kadi, a lancé, vendredi depuis Sétif, une campagne nationale de sensibilisation pour les usagers de l’autoroute Est-ouest, …

[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

ça gaze à Sétif !

Ven 19 Déc 2014, 06:56 par togir

Le wali de Sétif parraine la campagne de sensibilisation gaz de la SDE «La sensibilisation sur les risques liés au gaz est l'affaire de tout le monde, du fait que …

[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

MÉTÉO SÉTIF
My Meteo .fr
Convertisseur de devises
Ils ont dit au sujet de la haine
" On ne peut battre son adversaire que par l'amour et non la haine. La haine est la forme la plus subtile de la violence. La haine blesse celui qui hait, et non le haï."Ghandi
"Comme il est facile de se laisser submerger par la haine !"Bernard Werber
"La haine n'est qu'une défaite de l'imagination."Graham Greene
" Ce ne sont ni les brigands ni les incendies qui détruisent le monde, mais la haine, l'hostilité, les petites intrigues." Anton Tchekhov
"Si nous entretenons dans notre coeur la malice et la haine et que nous faisions semblant de ne pas vouloir la vengeance, celle-ci devra faire retour sur nous, et elle nous conduira à notre perte." Gandhi
"La vérité demeure cachée pour celui qu'emplissent le désir et la haine."Anonyme
"Ceux qui ont une propension pour la haine sont malheureux dans la vie. Ils rendent même malheureux ceux qui les entourent."Vasco Varoujean
"L'envie que les pauvres éprouvent à l'égard des riches est une plaisanterie en comparaison de la haine des imbéciles à l'égard des gens capables de penser."Jan Greshoff
ils ont dit au sujet de la volonté
" Il n’y a qu’une route vers le bonheur c’est de renoncer aux choses qui ne dépendent pas de notre volonté."Epictète
"Ne laissez pas votre volonté gronder lorsque votre pouvoir ne peut que murmurer." Anonyme
"C’est une erreur fatale d’entrer en guerre sans la volonté de gagner."Douglas MacArthur
" Rien n'est près, rien n'est loin, tout est une question de volonté." Jérôme Treffel
"Nous subissons les événements, mais notre volonté en achève les conséquences." Sandrine Mura
"La conviction est la volonté humaine arrivée à sa plus grande puissance."Honoré de Balzac
"Si tu n’as jamais changé avant, c’est que tu n’en avais pas la volonté."Robert H. Schuller
"Accepter la volonté de Dieu est le remède de toutes les maladies du coeur."Hazrat Ali