LE SITE ET LE FORUM DE SETIF ET DE SA REGION





Bonjour et bienvenue sur le Site des Sétifiens.
Ce message s'affiche car vous n'êtes pas encore inscrit(e) ou vous ne vous êtes pas encore identifié(e).

Pour nous rejoindre et participer activement aux débats, inscrivez vous. Merci.


Derniers sujets
Sétif - La Mosquée Ibn Badis
Ils ont dit au sujet de l’ingratitude
"L'ingratitude attire les reproches, comme la reconnaissance attire de nouveaux bienfaits."Madame de Sévigné
" L'ingratitude ne décourage pas la bienfaisance ; mais elle sert de prétexte à l'égoïsme." Duc de Lévis
"Il y a des services si grands qu'on ne peut les payer que par l'ingratitude."Alexandre Dumas
" Je puis tout pardonner aux hommes, excepté l'injustice, l'ingratitude et l'inhumanité." Denis Diderot
"Souffle, souffle, vent d’hiver ; tu n’es pas si cruel que l’ingratitude de l’homme." William Shakespeare
"Le souvenir des bienfaits reçus est fragile, comparé à l’ingratitude." Léonard de Vinci
" Ne payez pas d'ingratitude le bien que l'on vous fait." Proverbe oriental
"La suprême bassesse de la flatterie, c'est d'encourager l'ingratitude."Victor Hugot
Sondage

Apres la tragedie de tizi faut il arreter le championnat ?

 
 
 

Voir les résultats

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


¢
ils ont dit au sujet du hasard
"Le destin met beaucoup de hasard dans son jeu. "Jacques Folch-Ribas
"Le hasard n'a jamais encore satisfait les espoirs d'un peuple qui souffre."Marcus Garvey
" La plupart des hommes ont, comme les plantes, des propriétés cachées que le hasard fait découvrir." La Rochefoucauld
"Le hasard gagne des batailles, mais le coeur ne se gagne que par des vertus."Jean-Pierre Florian
"L'homme évite habituellement d'accorder de l'intelligence à autrui, sauf quand par hasard il s'agit d'un ennemi. "Albert Einstein
"Et s'il n'y avait jamais d'accidents dans notre vie ? Si tout, absolument tout, avait une signification ? Si le hasard n'était qu'une illusion ?"Fernand Ouellette
" Les nations ont le sort qu'elles se font. Rien d'heureux ne leur vient du hasard. Ceux qui les servent sont ceux qui développent leur force profonde."Edouard Herriot
" Tout ce qui existe dans l'univers est le fruit du hasard et de la nécessité." Démocrite
ils ont dit au sujet de la sagesse
"Le ver se recroqueville quand on marche dessus. C'est plein de sagesse. Par là il amoindrit la chance de se faire de nouveau marcher dessus. Dans le langage de la morale : l'humilité"Friedrich Nietzsche
"Mêle à la sagesse un grain de folie ; il est bon quelquefois d'oublier la sagesse."Horace
"Si les jeunes avaient accepté lâchement la sagesse de leurs anciens, il y a beau temps que l'univers serait invivable."Jan Greshoff
" L'humanité est à un croisement: un chemin mène au désespoir, l'autre à l'extinction totale. Espérons que nous aurons la sagesse de savoir choisir." Woody Allen
"La véritable sagesse consiste à ne pas s'écarter de la nature, mais à mouler notre conduite sur ses lois et son modèle."Sénèque
"C'est par la foi que l'on peut traverser les courants. Et c'est par la sagesse que l'on obtient la pureté"Bouddha
"La sagesse universelle enseigne qu'il vaut mieux, pour sa réputation, échouer avec les conventions que réussir contre elles. ."John Maynard Keynes

Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par perigot le Lun 07 Avr 2008, 14:25

La presse nationale fait état de la persistance de la tension et des affrontements intercommunautaires à Berriane ( Ghardaia) qui ont débuté à la mi-mars et qui ont fait un mort et plusieurs dizaines de blessés entre la communauté mozabite et la "communauté arabophone ". Quelles sont les vraies raisons de ces affrontements dans une zone habituellement paisible et dans une région dominée par le rite ibadite et où les défenseurs du "bérbérisme" sont de plus en plus actifs ?



A l'appui des débats , cet intéressant article de Algeria-watch : Questions au sociologue Nacer Djabi .




Un affrontement intercommunautaire mercredi dernier à Ghardaïa, entre Ibadites et Malékites, s’est soldé par un mort, 17 blessés. Comment expliquez-vous cette vague de violence meurtrière qui aurait été soulevée par un pétard ?

Mozabites et Chaâmbas sont deux communautés qui existent dans la région de Ghardaïa depuis des siècles. Elles sont différentes à tout point de vue, que ce soit au plan social, culturel ou encore cultuel. Les Mozabites sont sédentaires, aisés, commerçants, riches… Ils sont de rite ibadite. Les Chaâmba sont, quant à eux, de rite malékite dans lequel se reconnaissent d’autres ethnies vivant pas loin de la région. Leur rivalité est aussi vieille que l’histoire de cette région. Mais l’affrontement entre ces deux tribus, et même entre d’autres tribus ou communautés dans d’autres régions du pays, obéit à des facteurs plutôt exogènes liés à la conjoncture sociopolitique et économique. Autrement dit, les conflits éclatent lorsque la situation générale du pays est tendue pour diverses raisons en rapport direct avec la mauvaise gestion tant au niveau local qu’au niveau national. Les affrontements qu’a vécus mercredi et jeudi derniers Berriane ne sont pas étrangers à cette réalité sociopolitique et économique peu reluisante. Cela paraîtrait peut-être peu pertinent aux yeux de certains, mais ces frictions intercommunautaires nous renvoient inéluctablement à la situation générale du pays, marquée par une tension sociale due surtout à l’absence de perspectives d’avenir. Elle est, en quelle sorte, le reflet de cette crise dans laquelle patauge le pays.

Selon vous donc, cela est une autre forme d’expression du marasme social et de dénonciation de la mauvaise gestion du pays…

La société algérienne est dans l’impasse. Elle souffre d’un blocage, d’une absence de projet de société. Les jeunes sont sans horizons. Et chaque Algérien essaie tant bien que mal d’exprimer son mécontentement, sans angoisse, son désespoir, sa misère, sa colère comme il peut. Il y a ceux qui protestent à travers des grèves, ceux qui tentent une aventure périlleuse à l’étranger par voie maritime, ceux qui brûlent des pneus et qui font l’émeute... La coupe est tellement pleine qu’il suffit d’un rien pour qu’elle déborde de partout et provoque de terribles vagues de violence. C’est ce qui fait qu’un petit malentendu sur un pétard peut tourner au déluge. Et un échange inapproprié entre deux habitants appartenant à deux communautés différentes soulève une tempête et réveille les vieux démons. Si ces vieux conflits communautaires ressurgissent, c’est parce que le projet national est en crise. Et que par des pratiques révolues, on a réussi à maintenir, à confiner sinon à renvoyer la société algérienne dans son archaïsme du passé.

Certains spécialistes disent qu’en dehors des grands centres urbains, la société est « structurée » en communautés, en tribus. Qu’en pensez-vous ?

L’échec du projet national et l’absence de projet de société font que la population, surtout dans les régions rurales, s’est tournée vers tout ce qui est communautaire, tribal et régional. Rien n’a été fait pour que la société évolue. Et lorsqu’on n’avance pas, on recule. Lorsqu’on n’évolue pas, on régresse. Ainsi, au lieu que la société s’organise autour de partis politiques, de syndicats, d’associations…, elle se trouve coincée dans de vieilles structurations d’ordre racial, ethnique, confessionnel… Les partis, pour diverses raisons, n’arrivent toujours pas à jouer leur rôle de régulateur dans la société. Ce qui s’applique aussi aux associations qui ne disposent d’aucune influence sur la société. Les conflits sont souvent réglés par les chefs de tribu qui gardent toujours leur influence au point qu’ils sont sollicités par les hommes politiques à l’approche des élections, tantôt pour parrainer leurs listes, tantôt pour soutenir leur candidature.

On utilise donc les tribus pour se maintenir au pouvoir ou pour y accéder…

Il y a une gestion politique des archaïsmes de la société qu’on ne peut pas ignorer. On manipule les « points faibles » pour en tirer des dividendes d’ordre politique. Il y a un appel incessant vers le communautarisme et le régionalisme. C’est ce qui explique le retour en force des notables sur la scène nationale. On voit aussi l’importance accordée aux zaouïas au plus haut niveau de l’Etat. Le fonctionnement de l’Etat tant au niveau national que local est de nature à renforcer cet état d’esprit communautaire et tribal.

perigot
Accro
Accro

Masculin
Nombre de messages: 1878
Réputation: 46
Points: 9697
Date d'inscription: 19/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par alakhtal le Lun 07 Avr 2008, 16:40

Même en 2004 de graves affrontements ont opposé les Chaambas aux Mozabites . Le problème qui est récurrent n'est pas seulement un problème de crise sociale ou économique mais peut-être aussi d'ordre idéologique , tribal , voire historique . Ci-dessous un article du Soir d'Algérie qui date
du 15/05/2004 :


La cinquantaine passée, Abdelkader est un éboueur, fonctionnaire de l’APC de Ghardaïa. Il exerce et habite à Mélika, un des sept K’sour (palais) de la pentapole. Mais à la différence de la majorité des habitants de cette cité, Abdelkader n’est pas un Mozabite.


Il se revendique comme un Arabe, un des descendants des Zoghba, une confédération chaâmbie, dont la famille a vécu de père en fils parmi la communauté mozabite. Abdelkader était au centre des derniers événements qui ont marqué la ville de Ghardaïa.

Non parce qu’il a pris part aux échauffourées, mais tout simplement parce que, les jeunes de son quartier natal, Mélika, à majorité écrasante Mozabite, se sont livrés aux jets de pierres aux jeunes du quartier à dominance chaâmbie, Théniet El Mekhzen. Les hostilités et les affrontements entre les deux communautés se sont poursuivis durant trois jours. Mais à Mélika, "ma famille n’a été nullement intimidée, encore mois agressée. A Ghardaïa, qu’on soit Mozabite, Chaâmbi ou autre, la notion de voisinage est sacrée". Mais chez notre interlocuteur, il se dégage un certain sentiment d’anxiété quant au devenir des relations entre les deux communautés. L’exemple du terrain de 600 mètres carrés disputé par les deux parties à l’origine des derniers événements dénote de l’antagonisme qui oppose Mozabites et Chaâmba. Nous sommes à Mélika, un des principaux K’sour qui surplombe la vallée du M’Zab. Pour accéder à l’intérieur de cette cité, on peut emprunter l’une des cinq portes, dont deux sont situées dans la partie sud. C’est dans cette partie du K’sar que sont concentrées les quelques familles chaâmba dont celle d’Abdelkader.

La cité de Mélika se trouve à quelque mille mètres du quartier chaâmbi, Théniet-El-Mekhzen. Mais le contact direct entre les deux communautés se situe au niveau de leurs cimetières respectifs. Celui des Chaâmba est situé à une centaine de mètres du K’sar, alors celui des Mozabites est situé sur le flanc gauche du K’sar. Entre les deux, se trouve un lit d’oued, un terrain vaste de quelque six cent mètres carrés où les jeunes du K’sar s’adonnent à des parties de football. Or, le terrain en question est au centre d’un différend qui oppose les deux communautés depuis des années. Si pour les Malékites, il s’agirait d’un bien wakf, l’autre partie le revendique comme une propriété de la communauté mozabite, d’où sa revendication pour l’édification d’un CEM. Mardi 5 mai, des échauffourées éclatent entre les jeunes des deux communautés. A l’origine des incidents, a-t-on appris sur place des pneus incendiés sur le même terrain. Un fait considéré comme le déclenchement des premiers heurts. Le carrefour Merrakchi, un lieu-dit qui sépare la cité malékite des premières habitations chaâmba devient dès lors le théâtre d’affrontements, avant que le foyer de tension ne se propage au centreville, en l’occurrence le principal quartier chaâmbi, Théniet El- Mekhzen. Dans ce dernier qui longe le rue du 1er-Novembre, se trouve une grande partie de magasins appartenant aux Ibadites.

Aux origines de la rivalité entre les deux communautés

En somme, les hostilités n’ont duré que deux journées. Les services de police ont réussi en un laps de temps à maîtriser la situation. L’intervention et l’implication des notables et autres représentants des deux communautés ont été également d’un apport considérable pour le retour au calme. Mais la tension est restée vive. Le calme est précaire. Pour preuve, six jours après, de nouvelles échauffourées, mais vite maîtrisées ont éclaté entre des lycéens mozabites et chaâmbis scolarisés au sein du même établissement en l’occurrence le lycée Moufdi-Zakaria. Les notables des deux communautés sont de nouveau sollicités pour apaiser la tension. Le différend qui oppose les deux communautés remonte loin dans l’histoire. Il est clairement établi que la question de la construction du CEM n’est qu’un prétexte. L’antagonisme entre les deux communautés avait déjà fait les épreuves de la démonstration de force en 1985 et 1991. Et chaque fois, c’est la question du foncier qui est posée. En effet, l’aspect historique et religieux constitue les deux fondements à l’origine de la création de la vallée du M’zab. Les premières populations étaient composées de Béni Mozab, d’origine berbère Zénéte. Alors que les Chaâmba d’origine hilallienne de la tribu des Béni-Hamyenne et d’autres tribus ne sont venus que quelques temps après. Ces peuplades avaient des modes de vie différents et se complétaient en matière économique.

Les habitants de la vallée, en l’occurrence les Mozabites étaient des agriculteurs et artisans, par contre les Chaâmba étaient éleveurs. La particularité entre les deux communautés tient également au fait que les populations de la vallée du M’zab étaient sédentaires alors que les Chaâmba étaient nomades et ne séjournaient à M’tlili qu’en période estivale. Cela dit, il y a lieu toutefois de noter que contrairement aux autres communautés, chez les Ibadites on trouve une forme d’échelle confédérale. En d’autres termes, au niveau de la région, il y a deux assemblées, l’une qui s’appelle Ammi Saïd et l’autre Al-Kourthi. La première a une vocation religieuse, elle est l’instance suprême habilitée à statuer sur les questions d’ordre religieux que lui sont transmises des cités du M’Zab. Elle regroupe l’élite religieuse de la région ainsi qu’un représentant des Ibadites de Ouargla. La seconde a pour tâche de prendre des décisions politiques qui déterminent et engagent l’avenir de la communauté. On y trouve donc des personnalités représentant l’ensemble des cités. Ce schéma organisationnel qui, en partie perdure encore a connu de grands chambardements depuis la conquête coloniale.

De l’accord de 1317 aux premiers affrontements en 1985 C’est à partir du Xe siècle, que les populations de la vallée du M’zab ont adopté le rite ibadite véhiculé par le cheikh Abi Yacoub El-Warglani aux cheikhs Ammi Brahim et BA Abderrahmane Elkourthi, tous des savants m’zab. A partir de là, les cinq k’sour (la pentapole) ont été édifiés et les tribus affectées. Ainsi, cinq premières villes, ont été construites successivement en l’espace de 50 années, il y a 10 siècles, par les Ibadites rostémides rescapés des ruines d’Isedraten la Glorieuse. Les Ibadites (ou Mozabites, relatif au nom de la vallée), maîtres cependant de tous les raffinements de l’art islamique de l’époque, élevèrent leurs nouvelles villes avec une volonté évidente de simplicité. Ils atteignirent ainsi l’essence même de la beauté. El-Atteuf (Le Tournant) Bou- Noura (La Lumineuse) Beni Izguen (La Sainte) Melika et Ghardaïa. Les murs ne sont pas tirés en cordeau, mais ils vivent, et sur l’enduit de plâtre, la trace des doigts ou des outils de l’artisan maçon accroche la lumière et la fait jour différemment selon les heures. Dans les ruelles étroites et fraîches, hommes et femmes circulent, silencieux et sereins. La nuit, sur les terrasses, on est envahi d’un sentiment de sécurité et de plénitude : le temps s’est arrêté et tout est en ordre immuable. La Halaka des Azaba, a été créée par la suite par Cheikh Abi Zakaria, composée d’érudits afin que les citoyens ne se divisent pas suite aux différentes fetwas de savants. Au XIVe siècle, cheikh Bouhafs, un savant de la région de Labiod Sid Cheikh, s’installe à Metlili. Il est tout de suite respecté et vénéré par les Mozabites. Toutefois, constatant que les tribus des Chaâmba guerroyaient à cause des pâturages situés entre la région de Brézina et l’amont de Oued Metlili, il propose de diviser ces tribus en trois groupes sous la direction de trois chefs. Le groupe déplacé vers l’est, à Ouragla, était sous la direction de Bourouba, le groupe déplacé vers le sud à El-Ménéaâ était sous la direction de Hamadi et le groupe installé à Metlili était sous la direction de Berezga. Après cela, Cheikh Bouhafs propose à Cheikh Sidi-Aïssa, cheikh du M’zab, un accord par lequel des familles chaâmba seront déplacées vers Mélika et El-Atteuf et des familles ibadites de Mélika ainsi que des familles de Beni Merzoug seront déplacées vers Metlili et créèrent un k’sar à l’image des k’sour du M’zab.

Des centaines d’années sont passées et les deux communautés vécurent dans une quiétude totale. A l’indépendance de l’Algérie, le parti unique s’impose et la pensée unique domine. L’exclusion, l’adoption de la stratégie de diviser pour mieux régner, ajoutez à cela l’instrumentalisation des structures de l’Etat au détriment d’une véritable prise en charge des préoccupations, n’ont pas tardé à provoquer les premières explosions. En 1985, de violents affrontements ont opposé les deux communautés. Conséquences : des centaines de blessés et des édifices tant publics que privés ont été saccagés. Six ans, on récidive, avec la même ténacité, alors qu’en 2004, il y a eu certes affrontements mais les dégâts étaient cette fois ci moindres.

De l’exclusion du parti unique à la nécessité du retour au pouvoir local.

La majorité des personnes rencontrées à Ghardaïa impute la situation que traverse aujourd’hui la vallée du M’zab aux conséquences des pratiques de l’ère du parti unique. "Le premier député représentant la région du M’zab n’était pas un Mozabite. M. Soufi Mohamed était originaire de Laghouat. Mais ses hautes qualités humaines et professionnelles ont poussé les Mozabites à le soutenir", explique Abdelwahab, un Mozabite, haut cadre exerçant au niveau d’une banque publique. Notre interlocuteur nous révèle également que l’administration gérée par le parti unique a fait dans l’exclusion. "L’autre partie (allusion faite aux Chaâmba) a investi les appareils du parti unique. C’est au nom de cette légitimité qu’on a voulu imposer leurs lois. L’administration centrale a soutenu ses pratiques, en faisant dans la division pour régner. Et pourtant, au sein de la communauté malékite, il y a une majorité de personnes qui s’est opposée à ces pratiques", ajoute-t-on. Les derniers événements qui ont éclaté le 05 mai dernier et la rapidité de leur maîtrise grâce au rôle joué par les notables et autres représentants des deux communautés, dénotent que quelque chose est en train de s’opérer au sein de cette région. Si Salah Blidi, un notable de la région de Béni Izguen, est formel sur cette question.

"Les dernières échauffourées qui avaient éclaté récemment dénotent qu’il y a plus de cohésion entre les différentes communautés qui cohabitent dans la vallée du M’zab", dira-t-il. Il explique : "Comparativement aux événements passés, notamment ceux de 1985, où des centaines de magasins ont été détruits et des personnes blessées, cette fois-ci la situation a été vite maîtrisée grâce aux efforts des uns et des autres." "Ces événements étaient pour nous comme un test d’évaluation du long et difficile travail que nous avons entamé depuis des années. J’ai vécu les événements de 1985, mais cette fois-ci les choses ont eu lieu différemment. Que ce soit du côté mozabite ou chaâmba, tout le monde a mis du sien pour ramener le calme. Les magasins des Mozabites situés dans le quartier de Théniet-El-Mekhzen n’ont pas été touchés et ce, grâce à l’intervention des notables et représentants de cette population. Le travail de la société civile entamé depuis des années a été très bénéfique. Nous voulons vivre dans une Algérie diversifiée et riche avec ses particularités", ajoute pour sa part Baba ammi Ahmed, un cadre en urbanisme et ex-membre de l’APW de 1990 à 2002. Un point de vue que partage par ailleurs, un autre ex-membre de l’APW, M. Guerra Yahia, qui indiquera pour sa part que "si la région à l’instar de toutes le régions d’Algérie connaît une crise de pensée, cette dernière doit trouver solution dans l’implication du mouvement associatif dans la gestion des affaires de la cité." Un passage obligé pour assurer cette transition vers une société algérienne tolérante et porteuse d’idée, de progrès social et économique." En somme, pour toutes les personnes que nous avons rencontrées, représentantes des deux communautés, la gestion locale doit être assurée par les locaux, eux connaisseurs de la mentalité et us et coutumes des populations.


Par Abder Bettache , Le Soir d’Algérie

alakhtal
Accro
Accro

Masculin
Nombre de messages: 2999
Réputation: 48
Points: 14094
Date d'inscription: 10/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par togir le Dim 18 Mai 2008, 06:30

Encore des affrontements . Des explications par l'éditorialiste d'EL WATAN :

Les démons de la violence intercommunautaire se sont une fois de plus déchaînés vendredi à Ghardaïa, plus précisément à Berriane transformée, en quelques dizaines de minutes, en théâtre d’affrontement entre des citoyens de rite malékite et ibadite (mozabites). Ce climat de haine et de confrontation, autrefois latent et contenu parce qu’il y avait un Etat fort qui veillait à travers son appareil répressif pour prévenir de tels débordements intercommunautaires, apparaît désormais au grand jour depuis ces dernières années à la faveur des transformations politiques, économiques qu’a connues le pays. Des transformations qui se sont accompagnées localement par des phénomènes sociologiques de repli identitaire et de réveil brutal des particularismes culturels et cultuels sur fond de revendications sociales pour plus de justice et un accès plus grand aux bienfaits de la rente pétrolière....

La suite :

http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=94446

togir
Supermaster
Supermaster

Masculin
Nombre de messages: 11827
Emploi/loisirs: Retraité. Passionné de lecture.
Humeur: Plutôt gaie.
Réputation: 43
Points: 51458
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par perigot le Dim 18 Mai 2008, 12:10

Ce qui est étonnant et étrange dans cette histoire d'affrontements intercommunautaires , c'est le bellicisme inhabituel des Mouzabites qui incarnaient d'habitude les attributs de pondération et de pacifisme . Comment expliquer leurs nouvelles réactions violentes et cette tendance à guerroyer contre des voisins ? A moins que ce ne soit là une réaction de légitime défense qui est malgré tout assez disproportionnée , vu qu'il y a ,à chaque incident, mort d'hommes.L'analyse de l'éditorialiste me semble insuffisante , car la présence d'un état fort dans le passé n'a jamais véritablement dissuadé le tribalisme de s'exprimer violemment en Algérie. ( cf. les affrontements au moyen d'armes de guerre entre les tribus des Nememchas et des Ouled Sidi Abid dans la région de Tebessa pendant les années 60). C'est vrai qu'à l'époque la chappe de plomb qui pesait sur la société empêchait toute information objective -et contrariant la tranquillité du pouvoir- de filtrer.

perigot
Accro
Accro

Masculin
Nombre de messages: 1878
Réputation: 46
Points: 9697
Date d'inscription: 19/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par Invité le Dim 18 Mai 2008, 14:02

peut-être est-ce parceque de plus en plus de mozabites voyagent qu'ils ont emoussé quelque peu leur sagesse légendaire music Les choses ont changé pour eux aussi .Leur environnement n'est plus celui dans lequel ils évoluaient paisiblement.Et puis Les anciens sont partis....Leurs modèles ,leurs références s'effacent peu à peu...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par togir le Jeu 22 Mai 2008, 07:24

Le point de vue , toujours écouté , de Said Saadi :

« Des règlements de comptes politiques ». Lire l'article :


http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=94818

togir
Supermaster
Supermaster

Masculin
Nombre de messages: 11827
Emploi/loisirs: Retraité. Passionné de lecture.
Humeur: Plutôt gaie.
Réputation: 43
Points: 51458
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par togir le Sam 24 Mai 2008, 06:50

Ce qui s'est passé à Berriane, selon Ouyahia
par B. Mokhtaria - Le quotidien d'Oran.

Après les accusations du président du RCD concernant les évènements de Berriane, c'est au tour du secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND) de faire sa lecture des violences qui ont secoué la région. La thèse la plus plausible, aux yeux du premier responsable du RND, expliquant ces incidents, ce sont les problèmes sociaux et les manoeuvres de « certains groupes » pour s'enrichir d'une manière ou d'une autre. Mais ces deux arguments ne peuvent en aucun cas, selon le RND, être la cause qui a poussé les citoyens à s'entre-tuer entre eux. Le conflit communautaire n'explique donc pas à lui seul ces agissements.

«Le RND ne voit pas les choses sous l'approche de Qui est qui ? , car il s'agit de problèmes sociaux découlant d'une décennie et demie de violence dans laquelle a grandi toute une génération, des problèmes que nul ne saurait nier», a souligné, jeudi, le premier responsable du parti en marge des travaux de la commission nationale de préparation du troisième congrès ordinaire du RND, selon les propos rapportés par l'APS.

Tout en appelant les habitants de Berriane à «la retenue et à éviter la violence», Ouyahia a exprimé sa douleur «suite aux troubles et aux violences qui ont causé la mort de citoyens innocents». «Ce qui s'est passé est également le résultat des tentatives de certains groupes de s'enrichir d'une manière ou d'une autre», a lancé le SG du RND, tout en évoquant les incidents survenus dernièrement dans la ville de Chlef. Des incidents qui ont causé, selon l'intervenant, le pillage de sept bureaux de poste ainsi que des agences d'opérateurs de téléphonie mobile. «Je ne pense pas, dira-t-il, « que ce sont les citoyens qui souffrent de problèmes de logement qui sont à l'origine des troubles et de pillage de biens publics et privés». Il reconnaît que les problèmes entre les citoyens n'existent pas uniquement à Berriane mais dans toutes les régions du pays. Mais ces problèmes «ne peuvent mener ces citoyens, qui ont vécu ensemble des siècles durant, jusqu'à s'entre-tuer».

En réponse à une question sur le fait d'avoir été chargé par le Président de la République de le représenter lors de récentes rencontres internationales, Ouyahia dira qu'il «est redevable à l'Algérie» qui a fait de lui un cadre et en plus «l'Algérie est mon unique pays, et rendre service à l'Algérie et au Président de la République est un devoir qui incombe à tous les Algériens».

Concernant, d'autre part, la réunion préparatoire au troisième congrès du RND prévu du 25 au 27 juin prochain, le premier responsable du parti a indiqué que la présente session de la commission nationale aura à statuer sur un certain nombre de questions, dont la validation de la sélection des délégués de la base au congrès qui a été finalisée, ainsi que le travail de la sous-commission de rédaction des cinq avant-projets de résolution, dont le projet de règlement intérieur du congrès, celui de l'amendement du statut du parti, ceux de résolution politique, de déclaration économique et sociale et de programme d'action du parti pour les cinq prochaines années. Il est également question de statuer sur les lieux et dates des pré-congrès régionaux dans le but d'approfondir le débat préparatoire et d'examiner en détail les projets de résolution avant que cet exercice ne soit finalisé lors du congrès.

Evoquant la position du parti, le SG du RND a affirmé que son parti milite pour «la réhabilitation du travail et du changement des mentalités envers la question du développement économique et social, et pour que l'aisance financière momentanée que nous donnent les hydrocarbures soit exploitée à bâtir une économie forte grâce à des investissements productifs toujours plus intenses». La richesse pétrolière du pays «ne durera pas éternellement», même si elle «a favorisé une situation économique confortable», a estimé Ouyahia, pour qui les avancées réalisées n'auraient pu se concrétiser sans les recettes des hydrocarbures. «Mais cela ne doit pas nous faire oublier notre grave dépendance envers l'extérieur, y compris pour garantir la nourriture de notre population», a-t-il ajouté.

togir
Supermaster
Supermaster

Masculin
Nombre de messages: 11827
Emploi/loisirs: Retraité. Passionné de lecture.
Humeur: Plutôt gaie.
Réputation: 43
Points: 51458
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par Zeryab le Sam 24 Mai 2008, 07:24

Ils deviennent de plus en plus drôles tous ces chefs, de tous partis confondus. Là, en l'occurrence, cet éminent responsable du RND reprend pratiquement toute l'analyse du sociologue cité au premier post, presque, non ?!! En réalité, il n'apporte rien de nouveau, et encore moins de solutions!!
Que Dieu arme ces gens de patience, beaucoup de patience.!!

TAHIYATI

Zeryab
Accro
Accro

Masculin
Nombre de messages: 2068
Réputation: 56
Points: 11938
Date d'inscription: 09/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par Invité le Sam 24 Mai 2008, 07:30

toutes ces supputations ne font que compliquer les choses,et les interventions à distance des soit disant politiques,que du bla bla...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par togir le Lun 02 Juin 2008, 06:49

Le poiint de vue du ministre de l'intérieur :


Incidents de Berriane : Zerhouni évoque la thèse de la main étrangère


La thèse du complot ourdi de l'étranger avec la complicité de commanditaires à l'intérieur dans les derniers événements qui ont secoué la localité de Berriane, dans la wilaya de Ghardaïa, est maintenant désormais officielle, c'est-à-dire relevant des convictions de l'Etat.

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, l'a confirmé, hier, de manière catégorique à l'issue de l'installation du nouveau wali de Annaba, lors d'un point de presse.

Zerhouni, en effet, persiste et signe: «Nous avons des preuves tangibles et parlantes, a-t-il notamment déclaré, que des contacts ont eu lieu avec certaines parties à l'étranger. On a trouvé dans au moins un des 6 ordinateurs saisis des références à des contacts internationaux à l'étranger», a déclaré le ministre en indiquant que ces références peuvent être des «liaisons anodines», mais peuvent être aussi «autre chose». Et d'ajouter que «l'enquête suit son cours» pour déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire.

Invité par Le Quotidien d'Oran à être plus explicite, Zerhouni a répondu que pour des raisons relatives à l'enquête qui a fait beaucoup de progrès par ailleurs, il ne pouvait citer les noms de pays où sont établis les contacts étrangers. «Mais je l'ai dit et je le répète, pour nous, le complot de l'étranger ne fait plus l'ombre d'un doute». Zerhouni a tenu, par ailleurs, à féliciter à cette occasion la cellule anti-cybercriminalité de la gendarmerie qui a découvert les échanges en ligne, avec des contacts à l'étranger.

Zerhouni a également déclaré que «ces mêmes personnes ont produit des tracts au nom de chacune des communautés (de Berriane)». «Ces tracts, ajoute le ministre, étaient faits au nom de la communauté malékite poussant les jeunes malékites à s'attaquer aux Mozabites, et le même groupe a émis des tracts au nom de la communauté mozabite poussant les jeunes Mozabites à s'attaquer aux malékites». Et de dire qu'il est convaincu qu'il y a eu une «manipulation qui vise à déstabiliser la wilaya sinon le pays».

Pour rappel, quatre personnes ont été inculpées et 6 ordinateurs, dans lesquels se trouvaient des tracts et des documents incitant à la violence et au nettoyage ethnique, ont été saisis à la suite des récents événements de Berriane, avait indiqué mercredi dernier M. Zerhouni.

Le tribunal correctionnel de Berriane a prononcé samedi des peines allant de deux ans de prison ferme à l'acquittement pour un groupe de 22 personnes accusées dans les événements qu'a connus dernièrement la région de Berriane. Ces personnes sont accusées, indiquent des sources judiciaires de Ghardaïa, «d'attroupement avec arme blanche sur la voie publique, destruction des biens d'autrui, coups et blessures».

Le tribunal a prononcé une peine de deux ans de prison ferme et une amende contre une personne, une peine de un an de prison ferme a été prononcée contre 13 personnes, alors que deux autres mis en cause ont été condamnés à six mois de prison ferme assortis d'une amende de 5.000 DA. Le tribunal correctionnel de Berriane a relaxé six autres personnes.

Enfin, interrogé sur son éventuel départ comme ambassadeur à Paris comme il a été rapporté par une certaine presse, Zerhouni a répliqué avec ironie que beaucoup aimeraient le voir à l'étranger, à Londres ou aux Etats-Unis, mais qu'il est très bien ici en Algérie.


Le Quotidien d'Oran

togir
Supermaster
Supermaster

Masculin
Nombre de messages: 11827
Emploi/loisirs: Retraité. Passionné de lecture.
Humeur: Plutôt gaie.
Réputation: 43
Points: 51458
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par perigot le Lun 02 Juin 2008, 12:04

Les declarations du ministre de l'intérieur sont tellement graves que nous ne pouvons pas ne pas concevoir une suite à cette affaire . A partir du moment où cette "fitna" a pris une ampleur importante et grave , car il y a eu mort d'hommes et degats matériels importants , les autorités concernées doivent faire toute la lumière et dans la tranparence la plus totale sur les tragiques événements du Mzab.

perigot
Accro
Accro

Masculin
Nombre de messages: 1878
Réputation: 46
Points: 9697
Date d'inscription: 19/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par togir le Mar 03 Juin 2008, 06:55

Le billet du chroniqueur d'El Watan :

Des mises à jour sont prêtes pour votre ordinateur

Ce n’est pas un problème de flashage de démo. L’écran était noir parce qu’il le voulait bien. Et de l’autre côté, personne n’a cherché des images d’Oran à l’ENTV, ni de Chlef, ni encore d’autres qui évoqueraient les « événements insignifiants » de Berriane. Pour l’ENTV et ceux qui la dirigent, il ne se passe rien en Algérie, à part l’inauguration d’une citerne d’eau à Aïn Nachfa par le ministre des Ressources en eau ou le message d’amitié du président du Kaktchatchewan transmis au président de la RADP parce qu’il survolait son territoire en allant faire du surf dans le Pacifique. L’ENTV n’a pas la mission d’informer, mais par contre sur internet, la nouvelle télévision parallèle, il y avait tout. Toutes les images, sur Daily Motion ou Youtube, sites populaires où les Algériens déposent leurs images prises à l’aide de leurs téléphones portables et où les autres Algériens regardent les images de leur pays que leur télévision refuse de donner. Les autorités ne s’y sont d’ailleurs pas trompés. Pendant les émeutes, la police se saisissait des téléphones pour voir s’ils ne contenaient pas d’images de la réalité interdite. Autrefois, on fouillait les poches et maintenant ce qu’il y a dans les téléphones. Perdues dans leurs derniers retranchements, les autorités surveillent encore les télex, savent qu’ils ont déjà perdu la guerre de l’image, mais continuent de croire qu’ils contrôlent quelque chose. Sur le mode Corée du Nord, on ne combat pas l’événement mais l’image qui la retransmet. Le ministre de l’Intérieur, jeune branché communications électroniques, internet et jeux vidéos en réseaux, a d’ailleurs été très clair à propos des incidents de Berriane : « Pour nous, le complot de l’étranger ne fait plus l’ombre d’un doute. » La preuve ? Des adresses e-mails étrangères trouvées sur des ordinateurs. Evident. Question, quand est-ce qu’on les débranche ?


Chawki Amari

togir
Supermaster
Supermaster

Masculin
Nombre de messages: 11827
Emploi/loisirs: Retraité. Passionné de lecture.
Humeur: Plutôt gaie.
Réputation: 43
Points: 51458
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par moulay le Jeu 24 Juil 2008, 08:35

Reprise des affrontements avant-hier :


moulay
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 5044
Humeur: OPTIMISTE
Réputation: 21
Points: 17387
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par alakhtal le Ven 25 Juil 2008, 11:00

Ça a l'air de tourner à de l'enfantillage . Les derniers affrontements se sont produits pour un... mariage parait-il. rire  j rire  j

alakhtal
Accro
Accro

Masculin
Nombre de messages: 2999
Réputation: 48
Points: 14094
Date d'inscription: 10/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Malekites et Ibadites : "Berriane n'est pas le Darfour…le conflit n'est pas d'origine sectaire, raciale ou ethnique".

Message par togir le Mar 03 Fév 2009, 06:59

Les Notables des Conseils Malekites et Ibadites ont affirmé au journal 'Echorouk El Yaoumi" que le conflit regrettable qui oppose les citoyens des deux communautés Mozabite (les Ibadites) et arabophone (les Malekites) dans la ville de Berriane au sud du pays, n'est pas d'origine ethnique, sectaire ou raciale car les 2 communautés partagent la même religion qui est l'Islam qui prône la fraternité entre les croyants, l'unité, la cohésion et la solidarité.

Selon les Notables de Berriane, les derniers affrontements sanglants qui ont émaillé plusieurs quartiers de la ville, sont attisé par des "fauteurs de troubles" non encore identifiés, qui veulent à tout prix semer les germes de la discorde et de la "Fitna" entre les membres de deux communautés qui vivaient jusqu'à un passé très récent en paix et en harmonie où la solidarité et l'entraide séculaire était de mise.

Ils préciseront également que les différents intercommunautaires doivent être résolu par la voie du dialogue, de la sagesse et de la compréhension mutuelle en bannissant toute forme de recours à la violence qui ne sert, diront-its, aucunement les intérêts des citoyens de Berriane, bien au contraire.


Ils diront à cet effet, que les "fauteurs de troubles" qui attisent insidieusement le feu de la haine, de la zizanie et de la vengeance, cherchent à déstabiliser toute la région en menant au pourrissement de la situation.


Des reporters du journal "Echorouk" se sont rendu hier à Berriane, qui se trouve à 40 Km au nord de Ghardaia, où ils ont constaté les dégâts provoqué par les violents incidents de ces derniers jours qui ont fait 2 morts et des dizaines de blessés (58, selon le bilan officiel).
En outre, des locaux commerciaux et des habitations ont été incendiés et saccagés par des émeutiers.
Des renforts de la Gendarmerie Nationale et de la Police anti-émeute ont été dépêché au quatre coins de la ville pour enrayer toute nouvelle flambée de violence.


Des cordons de sécurité ont été mis en place pour parer à toute éventualité.


Le calme est revenu mais une forte tension est encore perceptible.


Nos reporters ont rencontré également sur place le plus vieux Notable du conseil Malékite de Berriane Cheikh Tahar Ibrahim, qui s'est dit très attristé par ces évènements douloureux, mais qui a tenu à faire endosser la responsabilité de cette tragédie conflictuelle aux Notables et aux Exégètes Malékites et Ibadites de la wilaya de Ghardaia qui, dira-t-il, n'ont pas pris les mesures idoines, malgré la répétition des violences, pour solutionner dans un esprit fraternel et de réconciliation les différents existant entre les membres de deux communautés afin d'éteindre définitivement le feu de la "Fitna" et rétablir la quiétude et le calme dans cette localité du sud Algérien qui était il n'y a pas longtemps, un havre de paix et de tranquillité.

Chorouk.

togir
Supermaster
Supermaster

Masculin
Nombre de messages: 11827
Emploi/loisirs: Retraité. Passionné de lecture.
Humeur: Plutôt gaie.
Réputation: 43
Points: 51458
Date d'inscription: 09/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par Boualem le Mer 01 Avr 2009, 22:01

Signature d'une feuille de route pour la paix à Berriane
Satisfaction chez la population

La population de Berriane a accueilli avec une grande satisfaction la signature du pacte signé hier entre les notables malékites et ibadites. Le plus important pour cette population endeuillée depuis plus d'une année est de retrouver la paix et la sérénité......La suite sous l'image.

Boualem
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 3828
Réputation: 61
Points: 15863
Date d'inscription: 26/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles sont les raisons des affrontements inter communautaires au Mzab ?

Message par Boualem le Lun 20 Avr 2009, 14:05

La violence continue…

La grève de deux jours observée par les commerçants mozabites de Berriane se poursuit. La population s'est réunie hier avec les notables de la région pour faire le point sur les derniers événements.

Une réunion qui s'est achevée sans apporter d'éléments de réponse concrets aux préoccupations soulevées depuis le début des affrontements, il y a plus d'une année.«Nous avons rédigé plusieurs rapports que nous avons transmis aux autorités concernées sans que cela ne soit suivi d'effet sur le terrain. Toutes nos revendications sont restées lettre morte : nous avons demandé le remplacement du chef de daïra et la révision de l'installation du président d'APC qui n'a pas été élu par la population, mais rien n'a été fait jusqu'à présent» ont affirmé les habitants mozabites de Berriane. «Par contre, les demandes de la population malékite sont exécutées à la lettre alors qu'elles ne sont ni légitimes ni dans l'intérêt de la population de Berriane......


Boualem
Master
Master

Masculin
Nombre de messages: 3828
Réputation: 61
Points: 15863
Date d'inscription: 26/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sétif : Fermeture temporaire de l’aéroport

Sam 20 Sep 2014, 05:17 par togir

L’aéroport 8 Mai 1945 de Sétif sera fermé du 21 septembre au 5octobre 2014. La rénovation de la piste qui a montré ces derniers temps des «limites» en est la cause.


Le …

[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

À Sétif, les ambitions des industriels et les désillusions des petites gens

Mar 16 Sep 2014, 17:12 par moulay

Des chantiers par-ci par-là, des usines qui poussent comme des champignons et des ateliers industriels qui tournent à plein régime. Sétif connaît plus que nulle autre …

[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

Sétif : affluence remarquable à la caravane nationale de l’emploi et de la sécurité sociale

Sam 13 Sep 2014, 21:20 par dallila







SETIF - Une affluence remarquable de citoyens a marqué le coup d’envoi, samedi sur le …

[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

Mendicité des subsahariens à Sétif : c'est au tour des grands gaillards !

Ven 12 Sep 2014, 12:54 par alakhtal

Depuis quelques années les Sétifiens se sont habitués au spectacle des enfants et de femmes subshariens faisant la manche devant les mosquées et près des feux rouges de …

[ Lecture complète ]

Commentaires: 1

MÉTÉO SÉTIF
My Meteo .fr
Convertisseur de devises
Ils ont dit au sujet de l’égoïsme
" L'amour abstrait de l'humanité est presque toujours de l'égoïsme."Dostoievski
"La générosité n'est souvent que l'aspect intérieur que prennent nos sentiments égoïstes quand nous ne les avons pas encore nommés et classés." Marcel Proust
"L'égoïsme n'est pas l'amour de soi, mais une passion désordonnée de soi"Aristote
" C'est n'être bon à rien de n'être bon qu'à soi" Voltaire
"L'égoïste est triste parce qu'il attend le bonheur" Alain
"Le bonheur est né de l’altruisme et le malheur de l’égoïsme."Bouddha
"L'amour, c'est l'égoïsme en deux personnes."Stanislas de Boufflers
"L'égoïsme intellectuel est peut-être l'héroïsme de la pensée."Gustave Flaubert
ils ont dit au sujet de la volonté
" Il n’y a qu’une route vers le bonheur c’est de renoncer aux choses qui ne dépendent pas de notre volonté."Epictète
"Ne laissez pas votre volonté gronder lorsque votre pouvoir ne peut que murmurer." Anonyme
"C’est une erreur fatale d’entrer en guerre sans la volonté de gagner."Douglas MacArthur
" Rien n'est près, rien n'est loin, tout est une question de volonté." Jérôme Treffel
"Nous subissons les événements, mais notre volonté en achève les conséquences." Sandrine Mura
"La conviction est la volonté humaine arrivée à sa plus grande puissance."Honoré de Balzac
"Si tu n’as jamais changé avant, c’est que tu n’en avais pas la volonté."Robert H. Schuller
"Accepter la volonté de Dieu est le remède de toutes les maladies du coeur."Hazrat Ali

Connexion

Récupérer mon mot de passe